Gestion de crise en santé : tout savoir sur le PLAN BLANC

Publié le -

SANTE-PLAN-BLANC

L’actualité liée à la COVID-19 a obligé ces derniers mois de nombreux établissements de santé à déclencher leur “plan blanc” (ou “plan bleu” dans les EHPAD). Ce dispositif de crise vise à mobiliser rapidement les moyens pour faire face à un afflux massif de patients. En quoi consiste-t-il exactement ? 

 

La circulaire 284 du 3/5/2002 définit l’organisation des établissements de santé en cas d’afflux massif de victimes. Ainsi, chaque établissement de santé doit disposer d’un dispositif de gestion de crise nommé “plan blanc” qui peut se voir complété d’un “plan blanc élargi” qui recense à l’échelle départementale les ressources humaines et matérielles à mobiliser. 

 

L’objectif est de mettre en place une organisation spécifique lors d’événements exceptionnels comme la pandémie de la COVID-19, mais également lors d’attentats ou de catastrophes naturelles par exemple. 

 

Qui peut déclencher le plan blanc ? 

 

Le directeur ou le chef de l’établissement peut décider du déclenchement du plan blanc et de l’ouverture de la cellule de crise. Ce dernier doit informer sans délai le représentant de l’Etat dans le département, qui va transmettre l’information : au directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS), au service d’aide médicale urgente départementale, et aux représentants des collectivités territoriales concernées. La levée du plan blanc ne sera prononcée par le directeur d’établissement que lorsque la situation sera stabilisée. 



Quelles sont les conditions pour le déclencher ? 

 

De base, les établissements de santé disposent d’une “cellule de veille”, chargée du suivi des indicateurs d’activité. La notion de “cellule de veille” est définie dans la circulaire du 14 septembre 2006. Si une situation de tension se confirme, la cellule de veille, sous l’autorité du directeur de l’établissement, devra ouvrir une cellule de crise. 

 

Ainsi, le plan blanc est déclenché si la situation de crise se conjugue à une activité soutenue et à une capacité de prise en charge restreinte. Plusieurs indicateurs doivent être pris en compte dans le déclenchement du plan blanc, notamment : le nombre total de passages aux urgences, le nombre d’hospitalisations à partir des urgences, les données d’activité du SAMU…

 

Recommandé pour vous  [Guide édition 2020] Gestion des Risques en santé à l'heure de la COVID -   Téléchargement Gratuit

Les principales étapes du plan blanc 

 

Ouverture de la cellule de crise

La cellule de crise est ouverte par le directeur ou le chef d’établissement. 

 

Celle-ci est constituée de plusieurs personnes avec différentes fonctions : 

  • le directeur de cellule de crise, qui gère l’alerte et la communication avec les autorités et les médias ;
  • le médecin coordinateur qui sert d’interface avec le SAMU dans un objectif de mobilisation du personnel et d’accueil des potentielles victimes ;
  • le/la responsable de la communication, qui est chargé(e) de communiquer sur la situation en interne ;
  • le/la responsable de la sécurité du site, qui est garant(e) de la sécurité sur le site en relation avec la police et/ou la gendarmerie ; 
  • le/la responsable logistique qui est chargé(e) de l’installation des sites temporaires, de l'approvisionnement et de la maintenance ; 
  • le/la responsable du personnel, qui organise le rappel du personnel et l’affectation de ces derniers dans les différents secteurs
  • le/la responsable du bilan capacitaire, chargé(e) de définir les places/lits disponibles
  • le/la responsable des impliqués/familles, qui traite de l’identification des victimes potentielles et de la relation avec les familles concernées. 

 

Organisation de l’accueil et du tri des victimes

Il s’agit de répartir les victimes dans les services selon la nature et la gravité de leur pathologie

Modalités de transmission de l’alerte dans l’établissement

Il s’agit de définir le message d’alerte à transmettre pour confirmer le déclenchement du plan blanc au sein de l’établissement. 


Rappel du personnel 

Le rappel du personnel en repos se fait graduellement afin de pouvoir organiser d’éventuelles rotations en cas de crise prolongée. Le plus simple est de maintenir sur place les équipes en fonction et d’attendre leurs relèves. Des listes de rappels téléphoniques de personnels sont mises à jour tous les ans. 

Transfert de patients et déprogrammation d’activités

Afin de libérer davantage de lits, il s’avère nécessaire de transférer certains patients des services concernés vers des services moins impliqués (voire vers d’autres établissements ou à domicile). 


Inventaire des moyens/ressources disponibles

Les services médico-techniques (pharmacie, laboratoires…) et logistiques (blanchisserie, restauration) s’assurent que tous les moyens/ressources sont disponibles pour la prise en charge des victimes. 


Accueil des familles et organisation de la circulation

Un point d’accueil doit être établi pour les familles des victimes et la circulation doit être organisée via une signalisation spécifique et le recours à un service de sécurité dédié. 


Optimiser la gestion du plan blanc grâce au digital 

Dans le contexte de pandémie de Covid-19, le digital permet de diffuser de façon rapide et efficace les procédures de gestion de crise au sein de l’établissement. Une checklist d’ouverture de cellule de crise digitalisée complétée d’un annuaire peuvent également être diffusées auprès du personnel. Il peut s’avérer utile de partager en interne des notes de suivi du plan blanc pour dresser quotidiennement un bilan de la situation (nombre de lits disponibles, état des stocks d’EPI…). Les tableaux de bords automatiques permettront d’alerter quotidiennement le directeur d’établissement de l’état de la situation pour agir en conséquence. 

 

Ainsi, le déclenchement du plan blanc implique une organisation bien rôdée au sein de l’établissement. Le digital peut faciliter le suivi des indicateurs clés en lien avec la gestion de crise.

 

En savoir plus

Nouveau call-to-action