La RSE, un enjeu majeur pour les entreprises

Publié le -

Capture d’écran 2022-02-04 à 09.51.18

Dans une société marquée par la méfiance envers les politiques et les industriels ainsi que par une série de plusieurs incidents sociaux professionnels, les entreprises souhaitent redorer leur image de marque et contribuer au développement durable de leurs activités et de l’impact de celles-ci sur la société. La RSE est devenue aujourd’hui un tremplin pour renforcer l’éthique de l’entreprise, en assurant la transparence des activités et la compétitivité sur le marché.

Quels sont les principes de la RSE ? Comment la mettre en place ? 

 

Qu’est-ce que la RSE ?

 

On trouve les prémices de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dès la révolution industrielle au XVIIIe siècle, avec l’encadrement des activités commerciales de manière plus morale. 

 

Mais ce n’est que dans les années 1950 que l’économiste Howard R. BOWEN (la plupart du temps désigné comme étant le “père fondateur” de la RSE) va structurer la démarche dans un livre intitulé « la responsabilité sociale du businessman (1953) ». 

 

La notion de RSE se construit ensuite petit à petit au fil d’événements tels que la Conférence des Nations Unies sur l’environnement à Stockholm (1972), le Sommet de la Terre à Rio (1992), ou encore le Protocole de Kyoto (1997). 

 

En 2001, l’Union Européenne définit la RSE comme étant l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.”

 

On peut également parler de Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO). Elle élargit la RSE aux collectivités et administrations en prenant notamment en compte l'Agenda 21, plan d'action en matière de développement durable des collectivités et ratifié par 182 États lors du sommet de la Terre de Rio.

 

La RSE s’organise autour de 7 principes clés tels que présentés ci-dessous :

 

7 principes de la RSE

 

Pourquoi mettre en place une telle démarche ?

 

Selon une étude de l’IFOP de 2016, relayée par le ministère de l’économie, des finances et de la relance, 51 % des Français et 34% des clients interrogés considèrent qu’une entreprise, au-delà de son développement économique, doit avoir un impact positif sur la société. Ce constat marquait jusqu’alors une rupture avec la définition en droit français de l’entreprise qui ne reconnaissait pas la notion d’intérêt social.

 

Finalement, l’entrée en vigueur de la Loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) le 22 mai 2019 “permet de redéfinir la raison d’être des entreprises et de renforcer la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux liés à leur activité”. Cette obligation réglementaire pour la prise en compte des enjeux de développement durable est un pas vers une réponse aux attentes des parties prenantes et un avantage concurrentiel important dans le développement économique de l’entreprise. C’est également le rôle de la norme internationale ISO 26000, qui fixe les lignes directrices de la RSE.

 

Toute entreprise qui s’engage dans une démarche RSE doit assurer la transparence de ses activités, en communiquant sur sa stratégie et/ou ses chiffres par le biais de rapports ou de bilans. Ces actions en matière de RSE contribuent à l’image de marque de la société. Les enjeux de la RSE sont aussi de taille pour les sociétés qui ont un fort impact environnemental, comme celles relevant du secteur du transport ou de la mode par exemple. 

 

On pourrait vite faire le rapprochement entre RSE et grandes entreprises, mais selon une étude menée par Goodwill Management, il s’avère que 83% des entreprises labellisées (LUCIE 26000, Engagé RSE, B-CORP…) sont des PME et micro-entreprises.

 

Un engagement RSE n’est donc pas réservé à une élite. 

 

Quels sont les bénéfices pour les entreprises ?

 

Une démarche RSE s’inscrit dans une démarche éthique de l’entreprise qui souhaite avant tout soigner son image de marque auprès de ses salariés et des parties prenantes. Travailler sur ses aspects humains et environnementaux sont des messages forts à envoyer à ses collaborateurs.

 

Une démarche RSE est également l’occasion pour l’entreprise de se démarquer sur le marché tout en menant des actions d’économie d’énergie et de réduction des déchets : un bénéfice également économique pour l’entreprise.

 

Enfin, des collaborateurs qui se sentent impliqués et investis dans une démarche et un environnement qui leur ressemble seront ainsi plus investis au travail, assurant un gain de productivité accru.

 

Recommandé pour vous:

Découvrez le Top 3 des meilleures applications RSE 2022

 

S’appuyer sur le digital pour alléger les démarches

 

Une démarche RSE est avant tout la ligne directrice d’un groupe de travail collaboratif. Par conséquent, une multitude d’informations doivent être centralisées et organisées pour avancer et ne pas perdre de temps.

 

S’appuyer sur une Gestion Électronique Documentaire (GED) représente donc le socle de travail qui permettra de canaliser l’information, éviter la duplication de données et travailler sur des versions à jour des documents.

 

Pour chaque branche choisie de la RSE (voir l’illustration sur les 7 principes de la RSE précédemment présentés), une carte d’identité de la thématique abordée peut être dressée, notamment grâce à la réalisation d’audit de l’existant et par la définition d’objectifs quantifiables

 

Un outil dédié simplifie les démarches, permettant aux acteurs de la démarche d’auditer sur le terrain et retranscrire en direct sur smartphone ou tablette les résultats. Ces données peuvent facilement être mises en relation avec un plan d’action spécifique avec workflow associés, intégrant la méthode du PDCA (roue de deming). Il en va de même pour la cartographie des risques associés, intégrant des méthodes d’analyse de risque tels que le SWOT ou le diagramme 5M d’Ishikawa, facilement dématérialisés.

 

La digitalisation des tous ces processus garantit la qualité d’une démarche structurée et interactive. Des données chiffrées et schématisées permettent de rendre compte de résultats de sondages et des performances d’une telle démarche de manière totalement transparente.

 

La Responsabilité Sociétale des Entreprises est un engagement fort et durable nécessitant des outils organisationnels et pratiques pour rendre la démarche efficace et pérenne. L’idée n’étant pas d’écraser les entreprises sous de nouvelles démarches administratives, le digital apparaît comme un allié de taille pour planifier, analyser, développer et communiquer sur cette nouvelle stratégie interne exemplaire.

 

Pour en savoir plus 


> Mettez en place votre démarche RSE avec la plateforme digitale BlueKanGo et son application dédiée RSE

Nouveau call-to-action