Permis feu digitalisé, prévention contre la surchauffe administrative

Publié le -

permis-feu-bluekango

 

Quand on sait que 30% des incendies sont issus de travaux par point chaud et que 70% des entreprises victimes d’incendies graves ne se relèvent pas, on comprend l’importance d’une démarche réglementaire structurée telle que le permis feu.

 

Monnaie courante en entreprise comme dans les collectivités, les travaux par points chauds induisent des démarches administratives importantes qui peuvent être assumées par un outil digital. Qu’est-ce que le permis feu ? Qui le rédige ? Comment le digital peut soulager les démarches ? Réponses à suivre. 

 

Qu’est ce que le permis feu ?

 

Le permis feu est un document de sécurité d’approbation pour le lancement de travaux susceptibles de provoquer un incendie. Il est obligatoire lorsqu'il y a travail par point chaud, peu importe que le chantier soit réalisé en interne ou via un prestataire extérieur. 

 

On entend par points chauds des activités émettrices de chaleur ou d’étincelles (soudure, découpe, étanchéification de bitume…) et pouvant conduire au déclenchement d’un incendie, soit par contact direct, rayonnement, conduction à travers une canalisation ou un mur, ou par convection.

 

Les analyses d’accident montrent qu’il n’y a pas de rapport entre l’accidentologie et la taille du chantier et que généralement, ce sont le manque de préparation, la précipitation et le manque de moyens préventifs qui sont en cause plutôt qu’une défaillance technique.

 

Le permis feu fait partie intégrante de la démarche de prévention des risques de l’entreprise et du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUER). Il est également inclus dans des documents de prévention spécifiques tels que le PPSPS ou Plan de Prévention.

 

Le permis feu doit être précis et clairement expliqué. Les risques liés à l’environnement de travail y sont consignés ainsi que ceux liés aux activités et coactivités.

 

NB: Pour des interventions en zone ATEX, un permis de travail ou permis d’intervention en zone ATEX est nécessaire pour compléter les permis généraux (permis de travail, permis feu, PDP, PPSPS…)

 

Recommandé pour vous  Guide. Piloter la démarche HSE à l’heure du digital en entreprise -   Téléchargement Gratuit

 

Quel est le rôle des parties prenantes ?

 

Un chantier faisant appel à un permis feu est dirigé, supervisé et exécuté par différents acteurs de l’Entreprise Utilisatrice (EU) et de l’Entreprise Intervenante (EI).



L’Entreprise Utilisatrice (EU) est définie par l’employeur ou son représentant, qui rédige le permis feu et valide l’exécution des travaux dans les conditions définies. Le responsable ou superviseur des travaux encadre techniquement l’intervention et le chargé de sécurité veille au bon déroulement du chantier et au respect des règles fixées par le permis feu.

 

L’Entreprise Intervenante (EI) est définie par le responsable de l’intervention, personne compétente techniquement pour assurer le bon déroulement de l’activité et en toute sécurité. L’opérateur est celui qui réalise l’opération.

 

Le permis feu doit-être validé par les représentants de l’Entreprise Utilisatrice ainsi que par le responsable de l’intervention de l’Entreprise Intervenante. Chacun reçoit après signature un exemplaire du permis feu. L’exécutant prend alors connaissance des consignes d’intervention et de sécurité. Le permis feu doit impérativement être accessible et consultable durant toutes les phases de chantier.

 

Sa durée de validité est limitée à la durée de l’intervention (délais de surveillance post opératoires inclus de 2h minimum pour s’assurer qu’un foyer à combustion lente ne s’est pas déclenché) et doit être clairement indiquée dans le permis.

 

Face aux enjeux de Santé et Sécurité au travail et en prenant en considération des délais toujours plus serrés pour la réalisation des chantiers et le nombre d’interlocuteurs, il est indispensable de trouver des solutions pour alléger les démarches administratives sans pour autant les bacler. Au contraire, l’idée est de gagner du temps tout en gagnant en efficacité et en qualité pour que les activités se déroulent sans encombre avec l'objectif “Zéro Accident”.

 

La Covid-19 a marqué un tournant dans la digitalisation des activités professionnelles. Aujourd’hui, chacun est sensibilisé aux nouvelles technologies dans sa vie personnelle comme professionnelle. Il apparaît comme une évidence que nos démarches SST doivent-être digitalisées pour gagner en efficacité.



La mise en place d’un permis feu digitalisé

 

La première chose que l’on remarque lorsque l’on doit établir un permis feu, c’est la quantité de données à centraliser dans un même document et le nombre d’interlocuteurs concernés. Ces démarches sont sources d’erreurs, d’oublis, de redondances et surtout sont chronophages.

 

Voici comment un outil digital peut vous simplifier la vie au quotidien lors de l’élaboration des permis feu, mais également de n'importe quel document de sécurité.



Centralisation de l’information et Gestion Electronique Documentaire (GED)

 

Un outil dédié (comme BlueKanGo) répertorie, catégorise et quantifie les risques professionnels en centralisant l’information et assurant ainsi de toujours travailler sur la dernière version du document. Ainsi toutes les parties prenantes d’un chantier peuvent travailler sur le même document afin de compiler les données liées aux travaux et à l’environnement de travail.

 

Évaluation des Risques Professionnels et plan d’action

 

Le plan d’action peut être directement lié aux phrases de risque du Document Unique ainsi qu’au permis feu, ce qui assure une mise à jour et une évolution des actions à mener en temps réel. Les documents sont vivants, évolutifs et assurent une cohérence au jour le jour.

 

Des notifications par SMS, email ou via la plateforme informent en temps réel les responsables d’actions des tâches à accomplir. Le suivi est optimal sans multiplier les échanges par email ou téléphoniques et sans devoir relancer ses collaborateurs, tout est automatisé.

 

Formalisation et notification de rapports

 

L’outil digital permet de compléter tous les champs requis dans l’élaboration des permis et formalise automatiquement le rapport. Des workflow adaptés permettent de notifier en temps réel ces rapports pour relecture, correction et approbation des parties prenantes



Circuit de validation et signature électronique

 

Après visite d’inspection commune et rédaction du permis, l’approbation se fait à distance, directement via la plateforme digitale grâce à la mise en place de workflow adaptés (parcours d’approbation automatisés). Une signature électronique sécurisée permet de simplifier les démarches tout en conservant une valeur juridique équivalente à un courrier en recommandé avec accusé de réception.



Déclaration de situation dangereuses ou d’AT/MP

 

Bien évidemment on ne le souhaite pas, mais au cas où cela se produise, quoi de plus pénible que les démarches administratives auprès d’organismes comme la CPAM ? Que diriez-vous d’un outil qui vous enregistre et archive en interne vos déclarations, calcule en amont vos taux de cotisation pour éviter les mauvaises surprises chaque année, et de plus capable de comparer vos données enregistrées avec celles fournies par la CPAM pour relever en temps réel d’éventuelles erreurs onéreuses pour votre entreprise ? (cf article Comment réduire ses coûts ATMP grâce au digital).



A l’heure où les réglementations QHSE sont de plus en plus nombreuses et contraignantes, le support d’un outil digital pour soulager les équipes, gagner du temps et gagner en qualité n’est plus une option mais une nécessité. Il sera votre meilleur allié sur chantier pour élaborer vos permis feu ou tout autre document de sécurité sans risque d’oubli d'éléments, de destinataires et en un temps record. Ne perdez plus de temps avec la paperasse, concentrez vous sur l'opérationnel et votre objectif “Zéro accident” sera à portée de main. 

 

Pour aller plus loin

Nouveau call-to-action